« Celle qui a le mieux marché, c'est un faux Voltaire »
 
Thierry Lher­mitte poste des fausses cita­tions sur Face­book « pour voir le nombre d'abru­tis qui vont liker »








 Vous avez déjà « liké » une cita­tion postée sur le compte Face­book de Thierry Lher­mitte?? Si oui, ne lisez pas la suite… 
 

A 63 ans, Thierry Lher­mitte est un véri­table geek. Accro à inter­net, le comé­dien ne lâche jamais ses réseaux sociaux et regarde son profil Face­book « 25 fois par jour » comme il l’a confié au Point. D’ailleurs, l’ac­teur a une nouvelle passion : tester la culture géné­rale de ses follo­wers. Et ce dernier a une méthode bien à lui.

« Ce que j'aime bien faire sur Face­book, c'est poster de fausses cita­tions, juste pour voir le nombre d'abru­tis qui vont liker. J'ai ainsi mis une photo de Nietzsche et j'ai écris dessous:"Bois ce que tu crois, mange ce que tu espères"  », a expliqué Thierry Lher­mitte, heureux même de rempor­ter un carton plein à chacune de ses publi­ca­tions.

« Celle qui a le mieux marché, c'est un faux Voltaire: « Ne jugez pas ce que l'avenir a condamné, le passé pour­rait bien vous en absoudre. » Évidem­ment, ça ne veut rien dire », a ajouté l’ac­teur « très fier » que ses enfants n’aient pas « liké » ces cita­tions. Ses follo­wers ne vont pas appré­cier.



 

« Je n'y suis jamais allé »
 
Thierry Lher­mitte séchait la fac pour prendre des cours de théâtre






 Thierry Lher­mitte n’a pas fait d’études et a tout misé sur l’art drama­tique. C’était risqué… mais il a bien fait?!
 

C’est très jeune que Thierry Lher­mitte a débuté sa carrière théâ­trale. On peut quasi­ment dire sur les bancs du lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine où il a rencon­tré une bonne partie de la fameuse équipe du Splen­did  (Michel Blanc, Chris­tian Clavier et Gérard Jugnot).

Thierry Lher­mitte ne se desti­nait pour­tant pas forcé­ment à une carrière de comé­dien. Plutôt doué dans les matières scien­ti­fiques, il s’était inscrit à la fac à Dauphine. Sauf que ses nouveaux (et bien­tôt célèbres) amis l’ont amené à envi­sa­ger la vie diffé­rem­ment.

« Je faisais des choses inté­res­santes avant, et ils m’ont entraîné à dire et faire des conne­ries », a-t-il confié à Europe 1… en plai­san­tant. « Je me suis inscrit à la fac. (…) Je n'y suis jamais allé », a-t-il ajouté.

Si Thierry Lher­mitte n’a pas pour­suivi ses études après le bac, c’était pour la bonne cause : lui et ses amis se sont lancé dans une toute autre aven­ture « On a commencé à prendre des cours de théâtre très assi­dû­ment », a-t-il expliqué.

Avant de connaitre le succès, il a d’abord connu l’inquié­tude du lende­main. Lui mais surtout ses parents. « Nos parents étaient inquiets mais il faut remettre ça dans son contexte. Cela se passait en 1971, pas long­temps après 1968 et les parents n’avaient plus grand-chose à dire. On pouvait faire ce que l’on voulait et subsis­ter sans problème avec des petits boulots », a-t-il raconté. Thierry Lher­mitte a bien fait de suivre ce chemin. Ça s’est avéré payant vu la carrière qu’on lui connaît aujourd’­hui.

 


 
                                     

Les%20clips%20vid%C3%A9os


     
   
  

Urlagogo - Cinéma    Annuaire web 
 
Les%20r%C3%A8gles%20de%20diffusionConditions%20d'utilisationMentions%20l%C3%A9galesLe%20blog%20des%20artistes