« On déteste celui qui peut y accé­der »

 
Florent Pagny répond sèche­ment à ceux qui critiquent son exil fiscal au Portu­gal





 Depuis qu'il a annoncé son exil fiscal au Portu­gal, Florent Pagny est la cible de nombreuses critiques. Mais le chan­teur assume son choix et il le fait savoir à ses détrac­teurs. 
 
 
 

Florent Pagny n'est pas très copain avec le fisc, une mésa­ven­ture qu'il avait raconté une première fois dans son célèbre titre Ma liberté de penser en 2003. Et pour que les rela­tions s'apaisent, le chan­teur a choisi de s'exiler au Portu­gal, tout d'abord parce que « la vie est extra­or­di­naire là-bas », mais aussi pour de « vraies raisons fiscales ». Un avan­tage non-négli­geable pour l'artiste qui, notam­ment avec sa carrière musi­cale et son rôle de coach dans The Voice, gagne beau­coup d'argent. Et qui dit Portu­gal dit « pas d'impôts sur la fortune » et « surtout, pendant 10 ans, pas d'impôts sur les royal­­ties du monde entier. Et donc beau­­coup d'artistes qui touchent des royal­­ties se disent que ça peut valoir le coup. », a-t-il expliqué.

Si le chan­teur assume tota­le­ment son choix, sa déci­sion a suscité de nombreuses réac­tions viru­lentes. Très remonté, Henri Guaino, l’an­­cien conseiller de Nico­­las Sarkozy avait déclaré: « Si on aime si peu son pays qu’on l’aban­­donne simple­­ment parce qu’on paie trop d’im­­pôts, c’est que fran­­che­­ment… On ne mérite pas d’être Français. Voilà. […] Quand on se dit : « Je paie trop d’im­­pôts, je vais vivre à l’étran­­ger », y’a qu’à aban­­don­­ner la natio­­na­­lité française dans ce cas là. ». Un avis plus ou moins partagé par Gilles Verdez qui a quali­fié à son tour Florent Pagny de « honte natio­nale ».

Des critiques qui n'atteignent pas l'inter­prète de Savoir Aimer. Sept à huit lui consacre ce dimanche un repor­tage dans lequel il évoquera bien évidem­ment sans tabou son exil fiscal. « Ils n'ont qu'à gagner beau­coup d'argent et après on verra comment ils se compor­te­ront », a-t-il tout simple­ment répondu dans un extrait diffusé sur la page Face­book de l'émis­sion. « Ça c'est à mon avis des espèces de délires de jalou­sie ou d'envie parce que quelque part, à un moment, on se dit qu'on n'y arri­vera peut-être jamais, alors fina­le­ment on déteste celui qui peut y accé­der », conclut le coach de The Voice, qui prouve une nouvelle fois que plus de dix ans après, vous n'aurez toujours pas sa liberté de penser (ni son argent).

 


 
                                     

Les%20clips%20vid%C3%A9os


     
   
  

Urlagogo - Cinéma    Annuaire web 
 
Les%20r%C3%A8gles%20de%20diffusionConditions%20d'utilisationMentions%20l%C3%A9galesLe%20blog%20des%20artistes